BSA-AIR : L’initiative d’un investisseur de DREAM ACT

En février 2017, DREAM ACT émet un BSAAir à l’initiative de l’un de ses investisseurs afin de lancer les premiers investissements sans perdre de temps. Qu’un investisseur propose d’investir en BSAAir est tout à fait remarquable.

Début 2017, la start-up DREAM ACT prépare sa première levée de fonds de 350k€ auprès de Business Angels et d’investisseurs divers, notamment à travers une plate-forme de CrowdFunding. Les discutions s’enchainent alors que la start-up a besoin d’argent pour lancer le développement de la V2 de sa plate-forme. Pour ne pas perdre de temps, l’un des investisseurs propose de verser le montant de son investissement sans délai en souscrivant à un BSAAir. L’ECHEANCE est fixée à décembre 2017, le DISCOUNT est peu élevé car les discutions avec les autres investisseurs sont déjà bien avancées et le financement quasiment bouclé ; c’est seulement une question de temps… Le FLOOR comme valorisation minimum constitue un message pour investisseurs et le CAP, valorisation maximum, est un montant proche de la valorisation d’une start-up similaire.
Diane SCEMAMA indique que grâce au système de BSAAir, DREAM ACT a pu bénéficier très rapidement d’une partie importante du financement qui va permettre de livrer la V2 de la plate-forme au moment même où sera libéré le solde du montant global de la levée de fonds. Elle déplore, par ailleurs, la défiance de trop nombreux avocats pour ce type de mécanismes qui sont pourtant biens utiles pour aller vite et commencer les investissements en attendant la finalisation d’une importante levée de fonds.