BSA-AIR : Comment choisir le CAP et le FLOOR

Le CAP et le FLOOR forment respectivement la fourchette haute et la fourchette basse de la valorisation qui sera finalement appliquée aux investisseurs en BSA-AIR pour l’attribution des actions lors de la levée de fonds suivante.

Si la valorisation retenue par les investisseurs de la levée de fonds suivante (éventuellement corrigée d’un DISCOUNT) est dans cette fourchette, elle sera appliquée également pour les investisseurs AIR. Dans le cas contraire, c’est la valorisation CAP ou FLOOR la plus proche qui sera appliquée pour calculer le nombre d’actions à attribuer aux investisseurs AIR.

Le CAP créé un effet de levier pour l’investisseur AIR si la valorisation s’envole au tour suivant. Ainsi, au delà du CAP, plus la valorisation au tour suivant est élevée, plus la proportion de capital de l’investisseur AIR est importante.

Le FLOOR, lui, protège les fondateurs contre une valorisation très basse au tour suivant. Elle leur évite de se faire diluer par les investisseurs AIR.

Ainsi, le CAP et le FLOOR doivent être vus comme des contreparties mutuelles. En contrepartie d’accorder aux investisseurs AIR une valorisation plus faible par rapport au prix payé par les investisseurs du tour suivant, les investisseurs AIR acceptent de payer les actions plus cher que les investisseurs suivants si la valorisation escomptée n’est pas atteinte.

L’intérêt des parties est donc de choisir une fourchette pas trop large autour d’un montant médian. Si l’avantage des BSA-AIR est de s’en remettre aux investisseurs du tour suivant pour la valorisation, son ordre de grandeur doit néanmoins faire consensus dès le départ.